Mots-clefs

, , , ,

lutte-racisme-annonces-1

C’est l’unique commentaire qui m’est venu à l’esprit en réponse à un commentaire qui figurait sous un article que je lisais sur le Net . J’ai longtemps hésité à matérialiser mon étonnement par écrit face à ce propos plus que… cynique à propos de la collaboratrice d’Emmanuel Macron, Sibeth N’Diaye.

Est-ce étonnant lorsque les suffrages exprimés au soir du second tour de l’élection présidentielle le 7 mai 2017 donnent 10.644.118 votes pour Marine Le Pen?

Non. Car cette élection a laissé des traces nauséabondes (les affaires judiciaires de certains candidats, les revirements des uns, la virulence des idées d’autres….bref). Et dans ce parfait chaos savamment orchestré par l’ensemble de la classe politique française, défaillante depuis tant de décennies, Marine Le Pen a réussi là où son père avant elle avait échoué, c’est à dire redorer le blason du parti et donner au FN un contour lisse, patriote mais surtout pas raciste, en apparence. Résultat: le haut score du Front National sur l’ensemble du territoire français. Elle n’a pas gagné les élections présidentielles en 2017 mais, on en reparle dans 5ans? car le loup veille sur la bergerie.

En attendant, Marine Le Pen a cristallisé la colère d’une France en perte de repères et qui pense que l’étranger est le coupable tout désigné. Les migrants, les musulmans, les noirs, les homosexuels…. tout le monde y passe. La parole s’est libérée. Les gens ne se cachent plus de voter Front National. Pourquoi le feraient-ils? C’est d’ailleurs leur droit le plus strict… comme il est de mon droit de ne pas adhérer à ces idées. La couleur de ma peau parle pour moi. Aussi vrai qu’il m’est difficile de comprendre la persistance d’un vote « noir », d’un vote « immigré » ou d’un vote « homosexuel » en faveur de ce parti. Nombreux semblent ceux qui ont répondu aux doux chants de la « sirène Marine » pour des motifs très différents et la vague bleue devient tsunami lorsque, sous couvert d’un écran d’ordinateur, les mots deviennent une arme de destruction massive, tranchants et incisifs à l’encontre des « non-européens non blancs ». La banalisation du Front National poursuit sa marche… et le racisme de ses membres n’est pas discutable. C’est un fait, qu’on se le dise !

« Négresse »… je le répète encore et encore en essayant de comprendre la raison de cet emploi résolument injurieux et franchement raciste. Je plie sous le poids tellement fort de ce mot qui n’aurait pour seul but avoué qu’une volonté délibérée de blesser celle/celui qui le reçoit en pleine face; une sorte d’écho à des temps que l’on pensait révolus, ramené quelques siècles en arrière, quand l’homme hiérarchisait son espèce sur l’unique critère de la couleur de peau. Et moi pensant naïvement que ces temps immémoriaux resteraient loin derrière, j’arrive encore à m’étonner que tant de personnes continuent à croire si fort que « tous les hommes ne sont pas égaux ».

Alors, au-delà de toute considération politique, j’ai envie de reconnaitre la seule compétence de cette jeune femme dont l’engagement et le parcours brillants parlent d’eux-mêmes et font ruminer tant de rageux !

Il suffirait d’un peu plus de bienveillance de chacun pour que ce monde aille mieux… ! Oui je sais… j’ai une tendance à croire aux licornes, parfois … mais on ne va pas broyer du noir, n’est-ce pas ?

A quand l’intolérance zéro ?

 

 

credits photo: leslettrescursives.unblog.fr