Quand les romances de Noël fleurissent à la télé.

En période de Noël, on ne peut y échapper. Les chaînes du câble et autres chaînes hertziennes fourmillent de téléfilms à l’esprit de Noël. Et très clairement, je retombe en enfance. Ou plutôt, je redeviens une ado rêvant du prince charmant.

Quelques années plus tard, la mécanique n’est pas toujours pas rouillée.
La préparation est primordiale: emmitouflée dans des vêtements les moins glamour au possible mais idéalement conçus pour un vrai cocooning, mari et enfants vaquant à des activités diverses, si possible sans bruit, un bon thé chaud, un canapé accueillant, une couverture douillette… et on laisse le charme agir.

C’est la période de Noël.
Dehors, il fait froid.

Certain(e)s diront que ces téléfilms sont « cuculapraline » et je suis la première à admettre que les scénari sont cousus de fils blancs mais qu’importe. Ces histoires bien qu’irréelles participent à l’esprit de Noël car ce sont des histoires qui finissent bien.

Sans aucun doute, la mièvrerie est à l’honneur dans ces romances de Noël mais j’ai envie de croire aux amours de prime abord impossibles.

Le pitch est très souvent le même: des êtres que tout oppose, leurs conditions de vie, leur catégorie socioprofessionnelle etc….
Ils vont se rencontrer par un hasard absolument improbable, vont se détester dans un premier temps chacun voulant marquer sa différence, puis apprendre à se découvrir pour finalement s’aimer d’un amour, vrai bien souvent.
C’est très cliché, c’est on-ne-peut-plus bateau, mais ça marche. Ils s’aiment et c’est le principal.
On passe un bon moment et…ça fait du bien de ne pas voir de voiture qui explose, d’extraterrestres qui viennent détruire la Terre ou une vague géante qui submerge tout New-York.

Bref.

Ces téléfilms sans prétention parlent de sentiments vrais. Ils répondent à mon souhait de voir les gens heureux et même si ce n’est pas la réalité, cela correspond à mon « esprit de Noël ».

Joie sur la Terre.
On se surprend à sourire et à vouloir y croire; et ce, même si on connaît déjà la fin.
Pourquoi ce père divorcé citadin, perdu et embourbé en plaine cambrousse, ne retrouverait-il pas un amour vrai en la personne de la jolie fermière qui va l’aider à se dégager avec son énorme pickup?
Pourquoi ce petit orphelin si mignon et souffre-douleur de son orphelinat ou bonne à tout faire de sa famille d’accueil ne trouverait-il pas le couple de parents idéal ne pouvant avoir d’enfant.
Et pourquoi un Premier Ministre britannique ne tomberait-il pas amoureux d’une jeune femme de son personnel. « Love actually » Indeed.

Alors, oubliez pour un instant vos tracas du quotidien.
Asseyez-vous un instant.
Soufflez… et laissez la magie de Noël agir.
Car ces téléfilms sont un peu comme la légende du Père Noël: même si vous n’y croyez pas, certains assurent que ce vieux Monsieur barbu existe.

Ce, quelque soit l’âge.

C’est la magie de Noël. Et laissez-la opérer.

IMG_8795.JPG

Laissez-moi un commentaire (ou plusieurs) si mon article vous a plu ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :