Mots-clefs

, , , , ,

Voilà. C’est fait.

Dévoré comme le premier, ce 2ème opus est considérablement semblable à « Beautiful Bastard« . Chose d’autant plus appréciable qu’il en est un spin-off  car l’histoire raconte la rencontre de Sara Dillon, qui n’est autre que la meilleure amie de Chloé Mills du 1er opus. Afin de ne pas spoiler, je tairai le nom du Beautiful Stranger et son histoire.

Je reste mitigée quant à la lecture de ce livre. Les scènes érotiques le sont vraiment: OK. Ca chaaaaaaaaaaaauffe……….. pas mal …..mais… en allant au-delà de cette simple lecture, on rentre dans le commun de gens riches, que l’on pense bien sous tous rapports… qui ne s’allient qu’entre gens riches, jeunes, beaux et intelligents. En gros: si tu es petit, moche, gaulé comme une frite froide de chez DoMac, bedonnant et con comme une paire de Crocks à tes pieds (désolée pour les amateurs de ces chaussures; j’aurai pu dire charentaises aussi!) : autant dire que tu n’as aucun moyen de choper LA magnifique sylphide qui culmine sur 10 cm de talons LBT, affiche un taille 34 au garrot et dévoile une longue crinière de lionne, sponsorisée par L’Oréal ! parce qu’elle le vaut toujours très bien.  

Méga challenge, en somme !

Mais peut-être que je psychote trop sur l’absence de profondeur de ce livre, qui n’aurait finalement pour principal objectif que celui de divertir le lecteur. Tout simplement.

Un autre point reste essentiel à mes yeux: l’orthographe. Et ça m’a été pénible de buter sur des coquilles à la lecture. Il faut se dire qu’il y a des gens dont c’est uniquement le boulot de lire et de relire les livres avant impression ….

Alors voilà. Cette fois, c’est sans extrait du livre.

Cela se lit. C’est tout !