Mots-clefs

, , ,

Déjà PLUS d’un mois que j’ai commencé….

Mais parce que je trouvais le modèle trop simple  ou pas suffisamment à mon goût car ne correspondant pas tout à fait à ce que je souhaitais, j’ai rapidement bifurqué sur la représentation que je me faisais de cette petite blouse. Ainsi, j’ai commencé à la coudre en respectant le patron qui j’ai très vite lâché donc, difficile de suivre la bonne route lorsque l’on a décidé de sortir des sentiers battus. On ne sait jamais ce qui nous attend au bout du chemin (oui… oui… c’est bien de couture dont je vous parle et non de ma dernière randonnée dans les Alpes suisses… euh… je n’y suis jamais allée 🙂)

Bref, je voulais agrémenter cette couture simple de quelque chose de plus original. Je me suis rappelée alors qu’au fil de mes pérégrinations sur Pinterest, j’étais tombée littéralement sous le charme du col Claudine. Oui ce même col Claudine qui, il n’y a pas si longtemps encore, nous rappelait une époque aujourd’hui révolue et la mode des petits filles sages de pensionnat des années 50/60. Beaucoup ont décrié cet accessoire un tantinet vieillot qui, à chaque fois, me faisait penser au beau chemisier amidonné et sentant la naphtaline que mamie Lucienne sortait du placard le dimanche pour aller à la messe. Et moi la première, en tant que vrai garçon manqué petite, plus proche de Tom Sawyer, je refusais de ressembler à Martine va à l’école ou Martine fait du vélo.

martine va l'écoleMais le col Claudine est LE nouvel accessoire IN de la mode au féminin. Et, c’est à grand renfort de déambulations sur le Net et sur Pinterest que je me suis décidée pour la réalisation de ce col Claudine.

Maintenant que l’idée est lancée, il n’y a plus qu’à appliquer.

Cependant, au fur et à mesure que l’idée prend forme, je ne suis pas satisfaite. Mon découds-vite montre à de trop nombreuses reprises son agilité car n’ayant plus de modèle, les premières difficultés mettent à l’épreuve mon statut de couturière débutante.  Les méninges bouillonnent. .. mais je n’ai pas la solution. Je laisse un temps mon projet et fais une couture plus facile (les pyjamas des garçons !). Mais c’était sans compter sur mon entêtement. Il fallait que je termine rapidement car mine de rien, pendant mes trop nombreuses tergiversations, la demoiselle pousse et n’attendra pas les vêtements faits pas « tata » Véro, ad vitam. Entre autres difficultés, comment coudre un col Claudine sur une blouse qui est censée être sans manches ? Comment coudre un col Claudine sachant que je n’aurai plus l’aisance pour coudre le biais des emmanchures ?

Cependant, extrême satisfaction que celle de trouver une solution à chacun des problèmes que l’on s’est posés soi-même. Alors, 1) puisque que le projet était initialement sans manches, on va faire un semi col Claudine et l’intégrer à la couture d’épaule pour pouvoir ensuite coudre les emmanchures… oui mais pas de place suffisante ; 2) puisqu’il est impossible de coudre les emmanchures comme prévu initialement, on va rajouter des manches… (trop facile !) à condition de trouver le modèle (moins facile !… alors au doigt mouillé…). Oh… ça tombe juste ! Pfiooooooou.

Finalement, mon chemin parsemé d’embuches s’éclaircit. J’ai terminé.

Pas totalement satisfaite (montage de la fermeture en freestyle) mais… la couture, comme tout art, est une question de patience.

photo 3

Détail du biais

photo 1

photo 2
Une fois terminé…