img_3002

[COUTURE] Robe Malo (version B) de Anne Kerdilès Couture

Alors, je souhaite partager avec vous mon patron coup de cœur du moment: la robe Malo.

Je viens de coudre une nouvelle version, la version B, un peu plus graphique de cette robe dont la créatrice est Anne Kerdilès. Le détail de cette version B se fait dans les manches , en lieu et place des jolis mancherons de la version A.

Ce que j’aime dans cette robe c’est qu’elle permet de cacher mes formes pas forcément gracieuses. J’aime aussi ses poches invisibles prises dans la couture de côté et j’aime tout autant la version A avec les mancherons que la version B avec les manches 3/4. Ce modèle est très élégant dans sa simplicité. Bref, tout moi, quoi !

Elle est coupée en taille 40 et réalisée sans difficulté, dans une viscose graphique bordeaux et blanc cassé que j’ai chinée sur le vide-dressing d’une copinaute instagrameuse. Merci Lucie.

Comme modification, j’ai simplement allongée de 5cm les manches.

Alors, qu’en pensez-vous ?

img_2969-1

[COUTURE] Robe Malo (version A) de Anne Kerdilès Couture

J’ai tardivement cédé aux sirènes de la robe Malo dont j’avais imprimé le patron en .pdf depuis quelques mois déjà.

Avec les premiers frimas et sur un coup de tête de début de soirée, j’ai voulu me coudre une robe simple et rapide à réaliser. Bingo avec cette robe droite avec des poches cousues dans la ligne de couture côté et qui n’offre aucune difficulté dans la réalisation. Il suffit juste de trouver le bon tissu. Cela a été le cas. Cette version A (avec mancherons) est réalisée dans un tissu Jacquard que j’ai chiné sur l’Instagram- vide grenier de Julie aka Jolies Bobines.

Taillée en taille 40, je reconnais la sobriété du modèle et l’élégance de la ligne.

J’aime tout simplement et je prévois déjà de nouvelles versions (notamment une version B, avec manches 3/4) car finalement ce qui est intéressant c’est de varier les tissus, vous ne trouvez pas ?!

img_2351-1

4 jours à Barcelone : Jour 1_ Quartier gothique

Décollage au départ de Brest 13h20. Hormis une sueur froide arrivée à l’aeroport de Barcelone car on ne trouvait pas le guide toussa-toussa, nous avons cheminé vers notre hotel Front Maritim pas tres loin de la Playa Nova del Mar Bella. Une fois le check-in fait, on monte les bagages dans notre chambre et hop… nous voilà repartis. Barcelone, nous voilà.

C’est la deuxième fois que nous découvrirons la capitale catalane. Donc nous avons hâte. Direction: le quartier gothique. Nous adorons déambuler dans les rues pavées de cette cité médiévale, au détour de l’église près de la place Sant Lu, nous tombons sur le tournage d’un film. J ai pris quelques-uns des figurants en photo. A mon avis, c’est pas pour Game of Thrones mais ca se passe certainement au Moyen Age.

Je bave aussi devant une sublime boite aux lettres avec mon animal fétiche (je vous laisse deviner lequel ! si si si… en bas à droite…)

A Barcelone, il faut aussi lever la tête car les monuments sont sublimes…les églises… les façades…les cours intérieures….



On doit avoir les yeux partout pour découvrir les beautés de la ville. On croise de nombreux artisans que l’on voit à l’œuvre travailler le cuir, le bois…

On est aussi tombés sur ce magasin plus qu’original : the Barcelone Duck Store… un magasin qui ne vend…que des canards en plastique, sous toutes les formes…

Dans l’élan de cette première journée autour du quartier gothique et de celui de el Born, nous nous arrêtons au bar Jardi pour déguster la spécialité maison : un mojito…juste trop bon. Le lieu est aussi assez original car il est situé en fond de cour d’un magasin de vêtements, bijoux de piercing, Marie Jeanne (si … si… on réfléchit un peu…ayez, vous avez trouvé!), salon de tatouages…) bref au fond de ce magasin, après une poignée de marches, est niché au premier étage, une superbe terrasse….

Après ce petit intermède apéro, nous voilà à reprendre nos pérégrinations à travers les ruelles de la vieille ville dont les murs sont des tableaux à ciel ouvert.

Une belle page de street-art qui se tourne pour laisser laisser place à un autre art: celui de nous régaler les pailles en atterrissant au restaurant Bliss (juste convenable!)

Et voilà pour notre première journée.

 

 

 

img_2296-1

Objectif CAP Vêtement flou en 2016: Ma bibliographie.

Parce que j’ai beaucoup erré sur le Net avant de trouver quelques infos… parcellaires… avant de dévorer le blog CAP Couture flou d’une ancienne CAPiste de 2011, Solène … et parce que, aussi, je me suis faite ma propre idée en passant l’examen du CAP cette année,  j’ai envie d’ajouter une pierre à l’édifice, en vous livrant, pour celles qui veulent tenter le CAP Métiers de la Mode – Vêtement flou l’année prochaine (et les suivantes…), ma bibliographie (il s’agit-là de mon avis personnel et je n’engage personne à suivre à la lettre…je n’ai non plus aucun avantage à citer tel ou tel livre).

Précision de taille: J’ai conscience d’avoir rédigé ce post pour des personnes qui auraient davantage mon profil d’autodidacte plutôt qu’à l’adresse d’étudiants qui sont dans un cursus scolaire, entourés de professeurs qui les dirigent et les accompagnent dans le choix d’ouvrages et qui, en plus, du temps nécessaire, ont un accès plus immédiat à des bibliothèques plus documentées.

  • L’Encyclopédie de la Couture

Pour les couturières confirmées et pour celles en devenir, c’est LA bible de la couture pour lequel pour devez faire une place dans votre bibliothèque. Il est on-ne-peut-plus complet si vous voulez tout savoir sur les tissus, la couture à la main, à la machine et autres techniques d’assemblage.

PS: Il m’a bien aidé pour le CAP car nous devions réaliser une fente avec pose de parementure…de même que les plis « religieuse », je n’ai eu qu’à bien retenir tout ce qui était écrit ….


  • Le modélisme de mode

Ce livre m’a été précieux dans la réalisation de quelques points techniques en complément des deux autres livres cités. Les explications sont clairs et les dessins techniques très bien représentés, étape par étape. 

  • Technologie du vêtement :

Ce livre m’a beaucoup aidé dans l’approche des différentes épreuves car il est vraiment très complet et brosse quasiment l’ensemble du référentiel de l’examen CAP. Je vous ai mis quelques images tirées du livres afin de voir comment il se présente. Si vous souhaitez préparer le CAP cette année, je pense que c’est un investissement de qualité.


Alors maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous y mettre et… Bonnes révisions.

Cette sélection m’a été très importante dans la réalisation de cet objectif-là:

Petit édit du 19/10  suite à une remarque fort judicieuse de Gwenn, de Salut les Bobines à Brest concernant des livres manquants sur la bibliographie proposée:

Je précise que j’ai volontairement fait l’impasse sur le dessin de mode (qui est au programme) car j’ai effectivement acheté un ouvrage mais je ne l’ai ouvert que deux fois, c’est dire ! Pourtant il est vraiment intéressant !

dess
Quand à l’histoire de la mode, cette partie est effectivement très importante dans le programme de révision, mais lorsque l’on tente le CAP en ayant une activité salariée, donc en autodidacte, il faut un livre qui aille à l’essentiel et qui soit suffisamment complet: et c’est que j’ai retrouvé dans le livre « Technologie du vêtement » acheté sur Amazon.

img_2274

[COUTURE] Robe Swing de la maison Victor

Virevoltante. 

Je voulais une robe qui vole, et qui tourne. Mais pas prête pour autant à jouer la Marilyn Monroe. J’aime aussi ce modèle car je déteste être engoncée dans mes robes. Il me faut une liberté de mouvement dans mes habits. 

Cette robe Swing est une invitation à tourner, danser et la laisser s’envoler au gré du vent. Bon. Pas trop quand même, sinon on se retrouve les fesses à l’air aussi. 

En tout cas, ce modèle issu de la maison Victor d’Avril-Mai 2016 m’a de suite plu car il représentait aussi le challenge de coudre de la suédine extensible. Le tissu vient de Selftissus Brest et le biais de …. chai plus où. 

Rien de plus simple à coudre puisque le patron est composé de 4 morceaux: 1 devant et 1 dos, taillés dans le biais du tissu au pli et les manches. 

Ce qui est aussi sympa dans cette robe c’est que le dos peut être inversement porté devant, pour un beau décolleté, ou de dos. 



Je reconnais que ça manque de photos virevoltantes mais…je suis en manque de photographe et/ou de lumière du jour….donc …mais ça va venir !

img_2135

[COUTURE] Robe Lucy de la maison Victor

Demandée par une jolie petite Sofia qui a choisi ses tissus. Il fallait du rose, du rose et… du rose pour une robe qui devait être automne/hiver-compatible….et… école-compatible…selon sa maman. 

Je suis partie du modèle Lucy de la maison Victor, édition du xx qui est plutôt une robe de cérémonie. Donc, du modèle de base, je n’ai pas mis le noeud (trop cérémonieux ) ni les plis plats du devant (pour les mêmes raisons). 

Elle est simple, taillée en 110 pour un  grande fille de 4ans. Les deux tissus, les accessoires et passepoil sont issus de Selftissus Brest. Le tissu bleu a notamment servi à la réalisation de ma petite robe de Vanessa Pouzet. J’ai aussi agrémentée l’ourlet d’un biais fait maison avec le même tissu fleuri du haut. 

Rien de bien difficile en somme. Le haut de la robe est entièrement doublé avec le tissu à fleurs 🌺 qui a servi pour l’extérieur. 

Et, selon la demoiselle qui a essayé sa robe…et l’a mise deux jours de suite pour aller à l’école, « eh ben…elle est troooooop jolie » et même que ses copines ne la croient pas quand elle dit que la robe a été cousue par une copine de bureau de sa maman.





Je ferai un édit avec la photo portée.Patiennnnnnnnnnce 😘

img_2233-1

[COUTURE] Robe Raven de la maison Victor

Je ne savais pas vraiment quoi faire de ce tissu au motif improbable : cœurs rose ancien sur fond léopard bleu marine acheté pendant des soldes sur bennytex.fr l’an dernier. 


Ce tissu a donc essuyé mes étagères de tissu pleines à craquer pendant un an avant de retrouver grâce à mes yeux lorsque je suis tombée nez à nez avec la robe Raven de la maison Victor de Sept/Octobre 2016. 


Vous la voyez cette robe avec un motif graouwww dans un camaïeu de vert sur la couverture…. eh bien désormais, j’ai la meme que la dame. 

Mes petites mains l’ont réalisée dans une taille 40 (la mienne, quoi!) dans un tissu crêpe à motif. Pas de modification au patron original. Et il faut bien avouer que ce modèle est très facile à coudre. J’avais aussi quelques doutes sur le fait que la poche ventrale soit bouée-compatible mais mon ventre la remercie bien et les doutes sont dissipés. 

Alors? Qu’en dites?! Moi j’adoooooooooooore  !

Édit d’aujourd’hui meme (12/10 à 19:00): Et puisque cela m’a été demandé, la voici portée ma graouwwwww:

empire

5 bonnes raisons d’aimer la série TV_ EMPIRE _

  • Synopsis:

 » Lucious Lyon, ancienne star du hip-hop, est devenu en l’espace d’une vingtaine d’années l’un des plus riches producteurs de disques Américains. Atteint d’une grave maladie, ses jours sont comptés. Il ne lui reste donc plus beaucoup de temps pour désigner son successeur parmi ses trois fils. Deux sont des artistes débutants, très différents mais soudés, tandis que le troisième est un homme d’affaires prêt à tout pour obtenir la position qu’il croit lui revenir de droit. Alors que la famille est sur le point de se déchirer, Cookie, la matriarche, en prison depuis 17 ans, retourne parmi les siens et sème encore un peu plus le trouble. Elle a des comptes à régler et une vengeance à assouvir. »

EMPIRE est une série américaine créée par Lee Daniels et David Strong en 2015 . Elle est diffusée depuis cette même année sur la FOX et depuis 2016 sur W9 en France. C’est par le hasard du zapping que j’ai découvert cette série qui a moins de retentissement en France qu’elle n’en a outre-Atlantique où elle cartonne, à raison de 10 millions de spectateurs pour le pilote.

LA série noire américaine depuis le Cosby Show

Bon OK… il y a aussi eu le Prince de Bel Air mais le premier TV show, avec des protagonistes essentiellement noirs, qui m’est venu à l’esprit est le Cosby Show.

Empire est un mix entre Dallas où les méchants sont très méchants et les gentils… ben … très gentils et Glee dans cette série qui se déroule dans le monde d’une major. Luxius Lyon est un ancien gangsta qui est à la tête d’un empire musical qu’il a monté avec Cookie son ex-femme. Il fait et défait le son. Donc ça chante à-tout-va, beaucoup de RnB mais surtout du rap…. et du bon! pas du Mc Solaar ( dieu sait que j’ai beaucoup aimé Mc Solaar à l’époque!) un vrai flow qui me fait découvrir ce type musical que je n’affectionne pas vraiment d’ordinaire sauf… de très anciens et rares morceaux d’IAM ou d’NTM d’il y a une vingtaine d’années.

L’importance de thèmes très actuels 

(racisme, homophobie, argent, pouvoir,drogue…)

D’abord cette série a fait parler d’elle car elle cautionnait un soi-disant clivage entre noirs et blancs. Certains en sont même allés à analyser le nombre d’acteurs blancs apparaissant dans la série. euh…. s’est-on jamais posé la question pour des séries comme Beverly Hills ou Friends ?  dans lesquels les quelques apparitions de seconds rôle noirs peuvent se compter sur les doigts d’une main. Mais au-delà de ces polémiques il y a  de vrais thèmes de fond sur toutes les différences: de sexualité, de religion, de couleur…

Une bande son de « ouf »

Ben… en un mot : Timbaland ! Eh oui… c’est Timbaland qui était à la tête de l’équipe musicale de la série jusqu’au début de la saison 3 où il a annoncé qu’il quittait la série. Producteur de talent mondialement connu et reconnu, il est à l’origine d’un certain nombre de tubes – une belle découverte- comme ceux-ci :

Des acteurs très bons et des guests au top

 

  • Terrence Howard aka Lucious Lyon

C’est le « padre » ex-gangsta devenu patron d’un « Empire » musical. Il est le bad boy qu’on adore aimer et qu’on aime aussi détester.

terrence-howard-future-vedette-de-luke-cage

  • Taraji P Henson aka Cookie Lucious.

C’est la mère dans toute ses contradictions: elle adore ses « bébés » = ses trois fils mais elle n’hésite pas à leur en coller une (cf la scène où elle rosse Hakeem à coups de balais car celui-ci s’est montré malpoli envers elle!). Elle est l’âme de cette série tellement elle y amène du piquant. Tout le monde passe par elle car son avis compte malgré le fait qu’il soit difficile pour elle de reprendre sa place au sein de la boite qu’elle a monté avec Lucious  et d’imposer son point de vue après avoir passé 17ans en prison pour couvrir son mari qui l’a remplacée par une bimbo de luxe et que son fils cadet qui était tout bébé à son emprisonnement ne se souvient plus d’elle. Elle brille aussi par la classe de ses vêtements pour la plupart immettable pour le commun des mortelles que nous sommes mais elle a de la classe, Cookie.

taraji-p-henson-cookie-se-confie-sur-son-role-et-tease-la-suite-de-la-serie

Mais par-dessus tout, ce que j’ai dans ce personnage, ce sont les envolées plus que fleuries de Cookie.

cookie

cookie-2

  • Bryshere Y Gray aka Hakeem Lyon

Il est le cadet. Arrogant, une vraie tête à claque mais avec un talent de rappeur certain. Si on le déteste dès le départ, on apprend à le connaitre; on arrive à comprendre la dualité de ce qu’il peut ressentir lorsqu’on a grandi loin d’une mère qu’il n’a jamais connu et si près d’un père qui en a fait un pourri-gaté.

bryshere-y-gray-as-hakeem-lyon

  • Jussie Smollett aka Jamal Lyon

Il est celui du milieu. Mal aimé par un père qui a très tôt compris que son fils était différent par son homosexualité et qui n’a jamais pris le temps d’être à son écoute. Il est cependant adoré par sa mère qu’il allait voir en prison. Il est à la fois dur et fragile. C’est mon préféré mais… il ne va pas falloir qu’il nous fasse que des chansons de pleurnichard car ça va devenir très pénible à la longue !

jussie-smollett

Empire, c’est aussi une ribambelle de guests célèbres comme  Naomi Campbell, Snoop Dog, Estelle, Jennifer Hudson, Rita Ora, Courtney Love, Mary J Blige, Alycia Keys…

 

La garde-robe improbable de Cookie Lyon vaut le détour 

 Que dire ?! Cookie Lyon a vraiment la super classe. Une élégance toute a elle car elle porte quand même des choses tes improbables. Son image va au-delà de sa garde robe et c’est. Une cela qui faut le charme de la dame. Ce n’est pas que du paraître. Ce n’est pas un déguisement, elle est ses vêtements, Cookie et c’est bien pour cela qu’on l’aime t’aime. En tout cas, elle est MA préférée. 

img_2049-1

[COUTURE] Ma Suzon de République du chiffon

À contre-courant de saison, je vous présente ma Suzon de République du Chiffon.

Très vite en rupture de stock quand il est sorti, victime de son succès.

Pendant cette longue attente, j’ai cousu une Mini-Suzon pour ma nièce qui faisait sa rentrée au collège cette année.

Et puis j’ai attendu… Tellement attendu que lorsque Géraldine a annoncé le réassort du patron sur son IG, je me suis dépêchée d’en mettre un dans mon panier (accompagnée d’un top Louise aussi!) 

Aussitôt reçue, aussitôt décalquée. J’ai taillé ma blouse Suzon en 40 dans un tissu coton à pois noir et rouge spirales sur fond blanc que j’ai acheté cet été chez Totos à Bordeaux.

La spirale est réalisée dans un coton rouge provenant de chez Selftissus Brest, ainsi que les boutons noirs et rouges (ou roses, c’est selon!)

J’ai aimé coudre ce patron. Aucun difficulté particulière sinon que j’ai constaté, en cousant les deux modèles, qu’à la réalisation du col, il me restait au moins 5 bons centimètres que je ne pouvais résorber avec la largeur du col. Donc j’ai coupé.

C’est un patron résolument estival mais j’ai bien envie de le hacker dans une version A/H-compatible en essayant avec un tissu un peu plus lourd et des manches 3/4. Je vous dirai ce que ça donne quand j’aurai terminé mes essais 😝

En attendant, tadaaaaaaa !

 

sm

[LECTURE] Pour quelques milliards et une roupie _ Vikas SWARUP

  • 4ème de couverture:

 » Vendeuse d’électroménager pour entretenir sa famille, harcelée chaque jour par sa sœur, starlette en devenir, son propriétaire pressé et son patron incompétent, Sapna Sinha voit s’éloigner toujours un peu plus ses rêves d’avenir. Mais voilà qu’un jour, le plus grand patron d’Inde lui offre sa fortune et son entreprise, à condition qu’elle passe sept mystérieuses épreuves. S’agit-il d’un jeu cruel ou se pourrait-il que ses prières soient enfin exaucées ? Embarquée malgré elle dans d’incroyables aventures auprès de stars désespérées, de jeunes fiancées suicidaires et d’enfants exploités, Sapna devra prouver sa vaillance, son empathie et son honnêteté afin de construire un avenir meilleur pour elle et sa famille. »

  • Mon avis:

Plus de deux ans que ce livre « traine » sur les étagères de ma bibliothèque… Je me suis dit qu’il était temps de le dépoussiérer un peu. Je l’ai acheté car j’avais été ravie de lire le premier livre de l’auteur puis vu le film réalisé par Danny Boyle.

Vikas Swarup, d’origienne indienne, a toujours mis l’Inde au coeur de ses romans. Avec ce livre, on reste dans la lignée de « Slumdog Millionnaire » où un quidam ordinaire devient extraordinaire par une avalanche d’aventures qui l’entrainent hors de son monde.

Entre modernité et traditions, l’Inde est omniprésente dans ses contradictions. L’écriture enlevée de l’auteur nous emmène avec Sapna, sa protagoniste, au fil des épreuves, des quartiers riches aux quartiers pauvres, en passant par la campagne ou par la forêt. Le lecteur suit frénétiquement les aventures rocambolesques de cette vendeuse de télé qui n’aime pas vraiment son travail, se débat entre une mère malade et une soeur avide de célébrité. On se prend vite au jeu de vouloir vite découvrir la suite.

400 pages d’une intrigue qui se lit d’une traite car impossible de lâcher prise. On en redemande! ce thriller haletant et sans ambages est un véritable page-turner …Difficile d’en parler plus sans trop en dire sinon que ce livre est déroutant jusqu’à la dernière ligne.

Alors, autant vous laissez le découvrir pour vous en rendre compte par vous-même. Le libre-arbitre vous connaissez?

Une citation :

  • Il faut trois choses pour être véritablement heureux dans ce monde : quelqu’un qu’on aime, un travail qui vous plaît et un rêve qui donne un sens à votre existence.
  • Personne ne peut prédire l’avenir. Et la clairvoyance n’est qu’un mot ronflant pour signifier qu’il faut tirer des leçons des échecs et des réussites du passé afin de s’assurer de beaux lendemains. Les hommes poursuivent cet idéal depuis la nuit des temps. Cela s’appelle survivre.
  • Le courage n’est pas le contraire de la peur: c’est la capacité d’agir malgré la peur et face à l’adversité.
  • La vérité saute aux yeux par nature. Sitôt qu’on la débarrasse de la toile d’araignée qu’est l’ignorance, elle resplendit de tout son éclat.